Dossier
Médiation familiale

LES ENFANTS DU DIVORCE

 » C’est le conflit plus que la séparation qui met l’enfant en danger« 

Rencontre Jean-Luc Cohin, médiateur familial, reçoit des couples séparés qui sont en conflit, dans le but de renouer le dialogue dans l’intérêt des enfants. Selon lui, c’est le conflit plus que la séparation qui met les enfants en difficulté. D’où la nécessité pour les parents de maintenir le dialogue.

Le divorce, plus personne n’est épargné ?

Le divorce et/ou la séparation est un fait social massif dont chacun peut mesurer l’importance en regardant autour de soi.

Nous devons donc apprendre à gérer le divorce ?

La question, très pragmatique, qui doit nous mobiliser est celle des effets du divorce et de la séparation et du comment «l’accompagner», voire le penser pour le rendre plus facile à vivre si ce n’est moins violent. En effet, bien que fréquent, et donc moins stigmatisant socialement, se séparer reste un moment souvent douloureux parfois culpabilisant dans les trajectoires individuelles.

Et les enfants que ressentent-ils ?

Si l’on peut faire l’hypothèse que les adultes sont, bon an mal an, armés pour faire face à un tel changement, il n’en est pas de même pour les enfants. Dans aucun cas de figure ils ne sont décideurs de la séparation de leurs parents et rarement en capacité de comprendre ce qui se joue alors entre ces deux personnes que sont leurs parents. A noter que cette difficulté faite aux enfants sera d’autant plus active et douloureuse que la séparation sera conflictuelle.

Qu’est-ce qui peut mettre l’enfant en difficulté ?

Pour nombre de praticiens, ou sociologues, c’est en effet le conflit plus que la séparation qui met les enfants en difficulté. Avec comme résultante possible d’éventuels problèmes comportementaux, psychologiques ou scolaires.

Comment éviter les problèmes ?

En réussissant sa séparation, pour les parents eux-mêmes mais aussi pour leurs enfants.

Comment justement y parvenir ?

C’est un chemin délicat, ce réaménagement du couple conjugal au profit du seul couple parental exige de dépasser déceptions, frustrations, colères pour au final, reprendre pied dans une acceptation raisonnée de la rupture, seule possibilité de regarder en face les besoins spécifiques des enfants et organiser les modalités de l’autorité parentale partagée. C’est là que toutes les compétences des familles doivent être mobilisées.

C’est un paradoxe, de devoir se parler, quand on n’en a plus envie ?

Oui, ce n’est pas un des moindres paradoxes que la demande sociale des parents et l’évolution du droit aient fait que désormais même séparés les parents sont amenés si ce n’est à se voir du moins à échanger. Dès lors, les sujets de désaccords peuvent se multiplier : l’hébergement principal en est un, les choix éducatifs aussi. Bien que séparés, il faut continuer de se parler pour les enfants. On imagine aisément combien cela peut être compliqué. On n’est plus un couple et il faut rester co-parents dans l’intérêt des enfants. C’est un challenge inédit. Certains parents y réussissent relativement facilement, d’autres buttent sur les rancoeurs, les sentiments toujours à vif.

Et la médiation familiale, quelle est son intérêt ?

C’est pour ceux-là, principalement, que la médiation familiale prend tout son sens. Elle les aide, sans les culpabiliser face à leur détresse mais au contraire en les soutenant, à sortir de l’émotionnel, à parler du conflit pour le mettre à distance. Un objectif principal : mettre en valeur l’intérêt des enfants qui n’ont ni à être otages, ni à choisir entre leurs deux parents. En cela, l’aide d’un tiers neutre, bienveillant, impartial et protecteur, permet aux personnes de sortir d’un face à face devenu stérile. Ce tiers leur offre un espace-temps sécurisé pour que chacun écoute l’autre : passage obligé pour sortir du conflit. Ensuite, il devient plus facile pour les parents de se centrer sur les besoins des enfants et organiser pacifiquement l’après rupture pour le bien de tous.

RENSEIGNEMENTS ET CONTACT

UDAF DE LA MANCHE
291, rue Léon Jouhaux
50000 Saint-Lô
Tél : 02 33 57 92 25
mediationfamiliale@udaf50.fr