séparation des objets
l’autre casse tête chinois de la séparation? 

Divorce, séparationDans une séparation, pas facile de séparer les objets, les photos…
Sources de tension, les objets sont le
propre du souvenir. Alors comment
s’y prendre dans l’intérêt de tous ?

 

“Quand on n’aime plus, on compte tout”

« Se séparer est toujours une épreuve : que l’on soit d’accord ou pas sur la décision à prendre, en conflit ou pas ! De toutes les manières, rompre c’est se couper d’un bout de son histoire fût-elle devenue douloureuse ou insatisfaisante », explique Jean-Luc Cohin, Médiateur familial à l’UDAF de la Manche. Si chacun sait que quand on aime on ne compte pas, une séparation amène à s’apercevoir que quand on aime plus, on compte tout.

Tout peut devenir sujet à compter, décompter, quitte à ne pas arriver à ce que le compte soit bon. De la fourchette au chien en passant par les meubles, les photos… tout peut être sujet à discussion. « Il faut bien reconnaître notre attachement aux objets qui nous ont accompagné un bout de notre vie. Ils nous renvoient à la part romantique qui est en nous, ajoute le médiateur familial. Pour autant, qu’on le veuille ou non, tous ces objets, souvenirs de vie, traces fuyantes d’une histoire qui se termine doivent être partagés entre les membres d’un couple qui se sépare,d’une fratrie qui hérite de ses parents…

Alors,comment faire puisque, sauf un partage notarié s’appuyant sur la valeur vénale des objets, nul expert ne peut décider d’un juste partage d’objets chargés de souvenirs, d’affects. Seule solution : se mettre autour d’une table et se parler. Essayer de comprendre l’autre tout en disant ses propres souhaits. Hiérarchiser les importances réciproques et faire le tri, chacun ayant conscience de ce que tout partage exige de renoncement et de perte.

Pratiques
Médiation familiale
UDAF de la Manche
Tel :  02.33.72.70.60 

Mail: mediationfamliale@udaf50.fr

A LIRE